Reset Password

Your search results

guide a decouvrir Chania soi meme

Published on mars 27, 2017 by myhousetorent

visite  auto-guidée dans la vieille ville de Chania

A voir aussi nos guides:

Excursions avec votre voiture, autour de Chania

Chania-Endroits à éviter – Surpeuplés

La ville de Chania a toujours eu un caractère particulier parmis les ports et les villes méditerranéennes.

Invasions et occupations à travers les siècles ont donné une ville avec un caractère multiracial, multi religieux et multilingue.

Depuis l’Antiquité, la Crète était une pièce maîtresse pour tous  les pouvoirs : Empire romain, expansion arabe, Empire byzantin, escale pour les croisés, occupations génoise et finalement vénitienne, puis l’Empire ottoman pendant 260 ans, un intervalle de 10 ans avec la domination égyptienne, et enfin, au début du 20ème siècle, retour à son origine ethnique, la Grèce.

Kastelli, est la colline qui surplombe le port,  entourée par les restes de murailles de la période byzantine, et a  été toujours  un centre administratif.

Sur le côté ouest de la vieille ville se trouve le quartier Topanas, qui était le quartier chrétien pendant la période ottomane. Son nom vient de l’entrepôt de munitions de Venise (du Tophane turc), où il était situé. Le Quartier juif (Evraiki ) était situé au nord-ouest de la vieille ville, derrière le port et voisin de Topanas. La synagogue a été restaurée, mais les Juifs de Chania (établis depuis leur expulsion d’Espagne, en 1600), « ont disparu » lors de 2ème guerre mondiale, pendant l’occupation allemande de la Crète. Sur le côté est de la vieille ville, on trouve le quartier musulman (Crétois de religion musulmane, obligés d’émigrer en Turquie après l’ accord des gouvernements, en 1925 – Suite à la guerre gréco-turque de 1922).

1ère promenade dans la vieille ville de Chania



Commencer à partir du Marché principal, point de repère de la ville et, une fois à l’intérieur, traverser vers la rue opposée. Le marché principal de La Canée est un grand bâtiment en forme de croix et chaque section est dédiée à différents produits. Une pour les poissons, une autre pour la viande, à l’entrée le pain et les laiteries. Malheureusement, l’emplacement choisi pour construire le marché, en 1913, était sur une section de murs vénitiens de la ville, dont la restauration demeurera impossible.

Une fois traversé l’intérieur du Marché, vous sortez côté nord, dans la rue Tsouderon. Vous continuez à gauche en direction de l’Ouest et au bout de quelques mètres, vous êtes dans une rue pittoresque et étroite, appelée  la rue du cuir, avec des magasins des deux côtés, pour la plupart remplis principalement avec des articles en cuir.

Cette rue se termine dans l’artère CHALIDON, qui mène sur votre droite à la place du VIEUX PORT.
Marcher vers le front de mer, vous passez d’abord par la cathédrale ORTHODOXE de la ville, dédiée à Sainte Marie.

Sur votre gauche, il ya aussi l’entrée pour l’EGLISE CATHOLIQUE  de la ville.

 

Quelques mètres plus bas vers le port, et vous avez sur votre gauche un grand bâtiment:

Musée archéologique de La Canée

Ce bâtiment de 1600, période vénitienne du monastère franciscain, et l’église principale, ont été transformés plus tard en mosquée, le «Pacha Giousouf Tzamisi ». Puis, un minaret et une fontaine octogonale ont été ajoutés dans la magnifique cour sur le côté. Après l’indépendance de l’île, le  bâtiment a été transformé de nouveau (le 1er cinéma de la ville), et est enfin devenu le musée archéologique (qui doit être transféré dans un nouveau musée, récemment construit à l’extérieur de la ville). Expositions du musée de la préhistoire, de la période géométrique jusqu’à l’empire romain. Les collections comprennent également celle des pièces de monnaie de toutes les villes minoennes. Plus bas, vous atteignez la place Venizelou, avec une fontaine de marbre octogonale, et finalement vous arrivez au vieux port.

Voici le fameux Giali Tzamissi, la mosquée de Hassan Pacha (le premier gouverneur ottoman), qui a été construite par les Turcs ottomans après leur occupation de La Canée, en 1645. La mosquée est une marque de référence de la ville, pour son dôme en forme de bulbe. Dans le passé, la cour était pleine de palmiers et de tombes de pachas, avec un petit minaret, démoli en 1923.

Le port, à la fin du 19 ème siècle


Le phare égyptien de 21m, qui se dresse fièrement sur le Vieux Port de La Canée, est un des plus anciens du  monde ; son histoire se perd dans la nuit des temps. Bien qu’égyptien de nom, il est en fait une création des Vénitiens. Avec le temps, il a subi des dommages importants et a dû attendre plus de 200 ans, jusqu’à la décennie de 1830 à 1840, pour être reconstruit par les Egyptiens au cours de leur courte occupation de l’île. Il est devenu le symbole d’un style architectural original : sa base a une forme octogonale, la section du milieu a 16 virages, tandis que le sommet est circulaire et ressemble à un minaret !

 

 

 

 

 

Tournez vers le port intérieur, le premier bâtiment imposant est le Grand Arsenal.

Le bâtiment était à l’origine de l’unité de 17 bâtiments, voûtés afin d’ accueillir tous les navires (y compris leurs mâts et voiles), pour les réparations et rénovations, après leurs plus longs voyages.

Il a été reconstruit avec des murs épais. Pendant l’occupation turque, la voûte a été remplacée par un deuxième étage. Plus tard, il est devenu une école chrétienne, puis un hôpital. Il a également servi comme hôtel de ville jusqu’en 1941, quand il a été en partie détruit par le bombardement des forces aériennes allemandes.

Derrière le Grand Arsenal, se situe la colline de Kasteli (château) et un espace habité depuis la période néolithique. Elle  a toujours été un endroit idéal pour bâtir, en raison de sa position sécurisée, entourée de fortifications.

Pour aller  en haut: Sur le côté droit de l’Arsenal, vous trouverez, à l’ouest de celui-ci, le chemin vers le haut pour atteindre le château. Prenez ces 47 marches et retrouvez votre auto dans le centre de la colline dominante sur la ville. Une fois en haut, d’abord tournez à droite et au bout de la rue, passez la porte semi-fermée et vous êtes dans la terrace la plus excitante de la vieille ville. .

Le bâtiment principal a été le siège des pachas ottomans de Crète (les Crétois l’appelaient Serai ou Konaki)

De là, vous avez une vue incroyable sur toute la vieille ville – l’ensemble du port en-dessous et la vue étendue vers le Nord et l’Ouest.

Voici la plus belle terrasse naturelle surplombant le port.

On revient  sur la rue qui mène au cœur de l’ancienne ville (rue St Markos) vers les montagnes. Il y avait aussi la majestueuse cathédrale des Vénitiens, dédiée à la Vierge Marie, et quelques mètres plus bas se trouvent les ruines du monastère des moines dominicains « Santa Maria dei Miracoli », qui a été détruit pendant les bombardements allemands de 1941.

Nous continuons plus loin et arrivons rue CANEVARO (amiral italien pendant la médiation des grandes puissances, pendant la Révolution crétoise de 1897).

Cette rue a été la plus importante à l’époque byzantine et vénitienne. Les ruines laissées  des bombardements de la 2ème  de la guerre mondiale, ont permis des fouilles qui ont révélé une partie de la ville de KYDONIA, Proto-minoenne.

.

Kydonia était l’une des trois villes fondées par le roi Minos en Crète. Grandes habitations avec des chambres bien construites, les planchers élégants avec des cheminées circulaires en cavitéc, murs enduits avec du mortier rouge profond, les cadres de portes et de céramiques d’excellente qualité sont quelques-unes des conclusions qui indiquent l’existence d’un centre proto-minoen important.

Les fouilles prolongées dans le site archéologique de Kasteli, en ont fait l’un des monuments les plus importants de la période préhistorique de la Crète. Nous continuons sur la rue Kanevaro, dans la direction opposée descendant la colline vers l’Est, puis retournons aux ports et arsenaux vénitiens (Neoria de Chania).

 

Pendant l’occupation vénitienne (1204 – 1669), la nécessité de la présence de nombreux Vénitiens en Crète fit construire un grand nombre de « Neoria » (Arsenaux) à La Canée, où les navires étaient réparés pendant l’hiver. En 1593, seize « Neoria » avait déjà été construites. In 1599, le sud du complexe « Neoria » a été complété par la construction de la 17e « Neorio ».

 

En 1607, lors de l’expansion du rempart nord, commence la construction de 5  « Neoria » supplémentaires, au cœur du port à l’est. Deux d’entre eux ont été achevés, toutefois, seuls les murs à l’arc du  troisième a été construit et un toit en bois a été ajouté pour le terminer récemment.

 

Le premier sur la droite, fait partie du Musée nautique de La Canée et abrite une reconstruction expérimentale d’un bateau commercial  de l’époque minoenne.

Au milieu, il y a toujours un chantier qui travaille pour les bateaux  pêcheurs .

Le dernier, appelé  MORO, sur la gauche, sert l’un des meilleurs cafés de la ville et de base au

 

Notre promenade se termine  au  dernier Arsenal, appelé MORO, pour un café.

sailing club of Chania.

2ème promenade dans la vieille ville de Chania

Chania guide 2nd walk tour

Laissant le Neorio (Arsenal) MORO, passer par la grande place de parking pour sortir à la porte KOUM KAPI entre l’ancienne et la nouvelle ville. Il ya une ouverture sur le mur de fortification vénitienne appelé Sabbionara.2nd walk sabbionara

A gauche, vous quittez la vieille ville en ville moderne, appelé Koum Kapi (La porte du sable -in turc).

2nd walk Sabbionara fortVoici les restes d’emblème de Venise avec la sculpture de lion sur le mur.

2nd walk Koumkapikourmouli laiki Retour à la direction de la rue Minoos et marcher quelques mètres vers le haut. Dans cette rue chaque matin samedi est le principal marché populaire avec les producteurs de légumes, fruits, produits laitiers, du miel et des plantes en provenance de tous les villages et les montagnes environnantes Chania.